L’épargne salariale

C’est une épargne constituée par les salariés au sein de leur entreprise. Ils le font bien évidemment avec l’aide de leur entreprise et avec l’appui de l’État, car une loi a mis progressivement les mécanismes de la participation et de l’intéressement en vue de permettre à tout salarié de faire une épargne salariale.

L’épargne salariale, c’est quoi ?

Pour associer les salariés aux résultats de l’entreprise, la participation a été créée. Elle consiste à leur attribuer une partie du bénéfice réalisé. Cette mesure s’applique obligatoirement à toutes entreprises regroupant 50 salariés et plus. Elle est en revanche facultative pour un effectif en dessous de ce seuil. Sur demande du salarié depuis 2009, les sommes attribuées peuvent être perçues immédiatement sous 15 jours. Ces sommes seront intégrées dans ses revenus imposables. Sous réserve d’un certain nombre de cas de retrait anticipé, les sommes seront bloquées pendant 5 ans par défaut.

Quant à l’intéressement, il est facultatif et donne la possibilité à toute entreprise d’effectuer des versements aux salariés selon ses performances économiques ou financières (réalisée sur une année ou sur une fraction de temps) et s’il le souhaite. Le salarié peut choisir de toucher immédiatement l’intéressement, mais il peut également placer la somme perçue pendant cinq ans sur un plan d’épargne salariale s’il souhaite se constituer un capital et bénéficier ainsi des avantages liés à ce type de plan.

Les types de plans d’épargne salariale

On peut distinguer deux types de plans d’épargne salariale :

  • Les PEE ou PEI constituent les Plans d’Épargne d’Entreprise. Sauf cas de retrait anticipé prévu par la loi, les sommes épargnées doivent demeurer investies pendant au moins 5 ans.
  • Les PERCO ou PERCOI constituent les Plans d’Épargne pour la Retraite Collectif. Ce système vise à bloquer les fonds jusqu’au départ en retraite, sauf aussi en cas de retrait anticipé prévu par la loi.

Qui peut y avoir accès ?

L’épargne salariale touche environ 8,8 millions de salariés et représente 10,3 millions de comptes pour un encours de 131,5 milliards d’euros en 2017. Ce nombre a largement augmenté depuis, car les entreprises s’équipent petit à petit de ce système afin de donner à leurs salariés la possibilité de se créer une épargne. Les salariés de la fonction publique (administration publique, santé, éducation, action sociale), de même que les salariés du secteur agricole n’y ont pas accès, sauf exception.

Les entreprises d’au moins 50 salariés où la participation est obligatoire développent plus l’épargne salariale. Les secteurs les plus actifs sont l’énergie, l’industrie, l’assurance ainsi que la banque. Chez les entreprises de moins de 100 salariés, à l’exception de la participation, les chefs de ces entreprises, ainsi que les présidents, directeurs généraux, gérants ou membres du directoire ont aussi accès aux différents dispositifs d’épargne salariale.